Aphorisme : « Les réformateurs de l’enseignement »

 Mercredi 31 janvier, 9h17

À chaque fois qu’une personne dit « il faut transformer l’éducation », « nous devons éduquer nos enfants à … », etc., j’entends ceci : « La société actuelle me déçoit. Elle n’est pas entièrement conforme à ma vision du monde. C’est pourquoi je prône l’imposition de ma vision des choses à des êtres sans défense, facilement endoctrinables et qui ne remettront pas en question mes convictions. » La prise en otage de la thématique de « l’éducation » dans les discussions publiques trahit une conception que je nommerai « hitlérienne » de la jeunesse, et j’utilise ce terme pour frapper les esprits et sensibiliser les gens de bonne conscience à l’aspect totalitaire de leurs propos.

Heureusement et malheureusement, l’impact du système éducatif est minime. Les jeunes s’influencent entre eux, sont influencés par leur famille et par les préjugés des enseignants qui demeurent des êtres mortels.

Mes propos sont sur ce sujet un peu dur – ils ne sont pas très intelligents – mais comprenez comme me font horreur les moralisatrices et les moralisateurs.

Publié dans Aphorismes | Commentaires fermés

Aphorisme : « À chacun son job »

Lundi 29 janvier, 21h13

Les dentistes perçoivent mieux que quiconque la misère dentaire de l’humanité. Nous pensons avoir des dents saines, les brosser comme il faut. Les dentistes, eux, savent à quel point nous ne prenons pas soin de nos molaires. Les orthopédistes constatent combien d’hommes et de femmes se tiennent mal. Les sportifs combien de personnes se laissent aller. Les diététiciens à quel point nous mangeons mal. Les professeurs de français relèvent toutes les fautes d’orthographe. Pour ma part, mon temps est consacré ni à l’hygiène bucale, ni au sport, ni aux règles grammaticales mais à la lecture et à la pensée. Je réalise à quel point peu de gens savent ce que signifie « penser » et « lire ». Une perception directement liée à mon activité.

Publié dans Aphorismes | Commentaires fermés

Aphorisme : « Les goûts et les couleurs »

Jeudi 11 janvier, 20h27

« Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas. » est sans doute le proverbe le plus violent à l’égard des daltoniens. Je passe des heures entières à discuter des couleurs, et je m’oppose à tous ceux qui pensent posséder la « vérité » sur la couleur. Les aveugles parlent mieux que nous de ce qu’ils ne voient pas. Ils savent ce qu’est le bleu par les sens, tandis que nous ne le connaissons que par la reconnaissance, c’est-à-dire l’opération de dire A ressemble à B, car ils ont tous les deux C.

Votre mauve est mon bleu. Car je ne perçois pas le rouge que vous y percevez. Vous ne percevez pas quelque chose en plus que moi, car le registre de la quantité n’a pas de sens dans l’expérience sensorielle. Vous le voyez mauve, je le vois bleu. Nous sommes séparés par une variation de rouge dans l’expérience. Et nous en discutons.

Il vous arrive d’être crispé à la vue de couleurs qui jurent. Souvent, elles ne jurent pas pour moi. Pour vous dire la vérité, je vous considère comme des « handicapés sensoriels ». De même ceux qui sont pourvus d’une oreille musicale ou absolue. « Absolu »-ment gênante, faudrait-il dire. À la vue de leurs grimaces lorsqu’on chante « faux », comme ils disent, on sent que leur existence doit être un chemin de croix.

Pourtant, ces deux catégories d’handicapés sensoriels imposent leur norme à tout le monde. Le groupe qui décrète sa vision des couleurs comme « indiscutable » est majoritaire en nombre, mais celui qui pose sa vision du « chant » est minoritaire. Comme quoi, ça ne résulte que de contingences historiques. Les daltoniens auraient pu imposer la vue noir/blanc comme seule acceptable et la majorité de la population décrétée aux Beethoven et Mozart que leur musique était dissonante, un véritable brouhaha, une monotonie mortifère.

Ce qui est érigé aujourd’hui en modèle de concordance des couleurs ou des sons n’est relatif qu’à l’imposition d’un groupe d’handicapés sensoriels.

Leur « bon » goût est tout aussi discutable que leur vision des couleurs.

Publié dans Aphorismes | Commentaires fermés