Actualités

26 novembre 2018 : Lauréat de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique pour la bourse d’Horlait-Dapsens

Création prochaine de la collection Kniga aux Éditions Lamiroy

Mon journal de lectures sur mon profil babelio

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Poème russe sur Bruxelles

Voici un petit supplément au livre qui va paraître prochainement dans la collection Kniga, la traduction d’un poème écrit par une touriste russe de passage à Bruxelles :

Bruxelles – Première impression

Bruxelles – le temps fluctue, s’évapore.
Une mosaïque d’art tout autour.
L’éclectisme. Des cloches si sonores.
Belgique, ton inoubliable tour.

Saint-Michel, cette belle cathédrale,
« Gothique ! » disait Hugo au goût sûr.
En elle, une puissance musicale,
Doux rêve qui s’envole vers l’azur….

Treurenberg. Cathédrale Immaculée.
Trois portails en ogive, trois quatrains.
Nous entrons. Les vitraux de Capronnier.
Les colonnes et leurs statues de saints.

Une telle chaire nous interpelle :
Qu’à jamais son baroque nous émeuve !
Grands Lustres. Lumières dans la chapelle.
Ruysbroeck nous ébahit par son œuvre.

Grand-Place. Votre beauté m’accompagne.
Les maisons des guildes sont du grand art :
« Le Cornet », « Le Tailleur », « Le Roi d’Espagne »,
« La Brouette », « Le Sac », et « Le Renard »…

Au « Pigeon », Hugo aimait son espace…
Dumas était logé chez les Bouchers[1].
Et j’écoute la voix de Boniface
Sur « La Chaloupe d’or » le bras levé…

L’hôtel de ville est plus beau que les guildes
Et sa pointe fière est vue de partout :
Michel transperce le diable terrible
L’Archange de la ville amoureux fou.

Соловьёва, 2015

 



[1] Il s’agit d’une confusion. Ce n’est pas Dumas mais Marx qui a donné des conférences dans cette maison.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Rencontre avec Andreï Kourkov le 4 octobre

andreikourkov

Publié dans Agenda, Tropismes | Commentaires fermés

« Le Congo mis en pièces »

dav

Collage réalisé à partir du livre Banque du Congo Belge paru en 1959 à l’occasion du cinquantenaire de l’institution.

davLa composition veut rendre frappant le message sous-tendant cet ouvrage colonialiste : la transmission d’un ordre symbolique et hiérarchique (la métropole supérieure à la colonie ; l’homme blanc supérieur à l’homme noir ; les rois supérieurs aux fonctionnaires ; les hommes supérieurs aux femmes) qui opère une occultation du Congo, d’où le titre polysémique : « Le Congo mis en pièces » signifie à la fois qu’il figure sur la monnaie (la mère congolaise traditionnelle et l’éléphant) et qu’il est exploité. Si bien que le Congo qui devrait être visible sur ce collage ne l’est précisément pas ; il est seulement représenté par deux pièces de monnaies et des fonctionnaires congolais inférieurs hiérarchiquement ou recevant de l’argent des mains des Belges.

La double représentation du roi Baudouin travaille sur le contraste entre le portrait officiel représentant un jeune homme aux allures poétiques et humanistes et le roi en tenue militaire, aux côtés de son prédécesseur, surveillant comme un patron d’entreprise le travail des Congolais.

dav dav

 

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés